Patrimoine

Un peu d’Histoire…

Flavin, chef-lieu de la commune, forme aujourd’hui une seule agglomération ; il n’en était pas de même autrefois (Le Bourg, le Planol, la Remise, la Barraque, Longuelouche et la Tricherie).

La seigneurie de Flavin était assez peu étendue : elle ne comprenait guère que le bourg de Flavin et quelques terres autour ; elle était resserrée, en effet, entre Hyars, Garrigous, La Vayssière, Espessergues, Junelles, La Garrigue, Le Bouyssou et Viel-Vayssac, toutes possessions qui avaient leur seigneur direct.

L’identification des premiers seigneurs de Flavin est assez difficile, cependant le plus ancien titre connu remonte à 1227.

Les Vestiges

La commune de Flavin possède certains vestiges qui méritent d’être signalés :

Trois dolmens ou tumuli

Ils sont tous les trois dans le Causse entre le château d’Hyars et Garrigous. Malheureusement, ces dolmens sont assez enfoncés dans la terre.

La voie romaine

Elle conduisait de Segodunum (Rodez) à Luteva (Lodève) par Aemilianum (Millau). Elle traverse par le milieu la commune de Flavin. Bien qu’elle n’a pas été restaurée, elle est encore visible par endroits.

La villa romaine de Mas Marcous

Découverte dans les années 1870, les fouilles mirent à jour les restes d’une immense villa romaine de 150 mètres de longueur sur 90 mètres de largeur. La villa comportait une cinquantaine de pièces avec tout le confort de l’époque : adduction d’eau, système de chauffage, réservoir, puits, …

De nombreux objets bien conservés ont pu être découverts. Ils sont déposés au Musée Fenaille de Rodez.

Aujourd’hui, il ne reste plus aucune trace visible de cette grande villa.

 

Les Eglises

Le vieux clocher

      clocherA

Ancienne église de Saint-Pierre

De l’ancienne église paroissiale, il ne reste aujourd’hui que le choeur surmonté du clocher (XIIIème-XIVème siècle) ; la nef, qui n’était pas voûtée ni lambrissée mais simplement couverte de charpente fut démolie en 1900, ainsi que les deux chapelles latérales fondées au XVème et XVIème siècle ; le choeur, solidement bâti, supportant un clocher massif, qui accueillait la mairie jusqu’au début des années 80.

Peintures murales :

Lors des travaux d’entretien effectués en 1977 dans le choeur de l’ancienne église, des fragments de peintures murales furent mises à jour. Tout l’ensemble des quatre murs et de la voûte porte des restes de peintures murales, sur plusieurs couches successives .

On peut distinguer 2 couches anciennes :

  • Les scènes, les personnages et les grands feuillages sur les murs, ainsi que les animaux et le décor de la voûte, avec les croix de consécration, appartiennent aux XIVème et XVème siècle.
  • La figuration d’un appareil de pierres bleues, rouges et jaunes, accompagnées de rinceaux rouges sur fond blanc, ainsi que la draperie rouge au sommet du mur Est, appartiennent au XVIème siècle, voire au début du XVIIème.

 

MUR EST

Sur la partie supérieure, on distingue 2 corps humains face à face, nus, au milieu d’arbres et d’oiseaux, sur un fond de fleurs et de plantes (Adam et Eve au Paradis terrestre ?). Cette scène est recouverte en partie par une draperie rouge longeant tout le sommet du mur contre la voûte.

A la hauteur des 2 fenêtres et dans leurs embrasures, 8 personnages forment une suite couvrant toute la largeur du mur. Il s’agit probablement des patriarches de l’Ancien Testament.

A droite et à gauche, un peu en-dessous des personnages, 2 croix grecques florencées sont peintes en rouge sur un fond circulaire bleu.

MUR SUD

Faisant suite aux précédentes, 8 personnages semblables sont disposés à la même hauteur et de la même façon. L’avant-dernier est Joseph (inscription en lettres-gothiques au dessus de sa tête) et l’antépénultième se nomme Aser (2 des fils de Jacob, fondateurs des douze tribus d’Israël).

Au centre, une croix rouge sur fond bleu,comme précédemment; il s’agit très probablement de croix de consécration.

MUR OUEST

La surface peinte est limitée par les claveaux de l’arc triomphal qui apparaissent en grande partie peints en bleu, jaune et rouge. L’arc a été muré pour fermer l’ édifice.

On distingue à gauche un personnage masculin debout ; à droite lacune totale. Au sommet, la Crucifixion sur fond écarlate.

MUR NORD (Jugement dernier)

A gauche, des êtres nus au milieu de flammes tendent leurs mains jointes et lèvent les yeux dans des attitudes suppliantes. Certains sont emportés vers le haut par des anges (Purgatoire).

Une large fenêtre a fait disparaître une bonne partie du centre de la scène.

Sur la droite est bien visible Saint-Michel tenant de sa main gauche une grande balance (Pèsement des âmes).

Au-dessus et à l’extreme droite, un ange d’assez grande dimension semble sonner de la trompette.

Au sommet, contre la voûte, on distingue au centre une forme humaine assise drapée dans un manteau rouge (Christ-Juge). Un peu en arrière, sur la droite, un personnage féminin est assis sur un banc (la Vierge).

VOUTE

Sur un fond bleu semé d’étoiles blanches, sont représentés les quatre animaux symboles des évangélistes, un dans chaque quartier de voûte. Les mieux conservés sont dans l’ ordre : le lion, le taureau, l’homme, l’aigle étant presque effacé.

La clef de voûte est sculptée et porte des traces de peinture, elle représente un agneau pascal portant la croix et l’oriflamme.

Ces peintures murales sont inscrites à l’inventaire des Monuments Historiques. Elles ont été dégagées sous la direction de Mme Claire DELMAS, conservateur des antiquités et objets d’arts de l’Aveyron. (les descriptions données ci-dessus sont un résumé d’un texte écrit par Mme Claire DELMAS).

Pour une visite du vieux clocher, ou pour des renseignements supplémentaires, veuillez vous adresser à la mairie.

Église de Flavin

Église de la fin du XIXème siècle de style roman avec coupole; ses trois nefs sont soutenues par de superbes colonnes.

Église de la Capelle viaur

Église du XIVème siècle du même style que la vieille église de Flavin. Clocher rectangulaire.Le presbytère, attenant à l’église, a été remis en état dans les années 60. Croix celtique de style gothique trilobé.

Les Calvaires

Calvaires, croix de bois, de pierre, de fer, au carrefour des routes, des terres et des chemins sur toute la commune.

 

Les Châteaux

Plusieurs châteaux, au passé prestigieux, parsèment le territoire de la commune.

Le Bouyssou

Au coeur d’un domaine de plus de 100 hectares, le château du Bouyssou a perdu ses tours d’angles et son caractère seigneurial d’autrefois. Sur une porte d’escalier intérieur on peut lire : 1619. Ce château a appartenu à d’anciens seigneurs de Flavin.

Viel-Vayssac

Un écusson au-dessus du porche en voûte porte la date de 1523. Ce château, en très bon état, est bien entretenu.

Briane

Construit en 1880 par la famille Cazottes : c’est une grande maison bourgeoise avec une tour ronde à chaque aile.

Hyars

Il porte la date de 1737. Bien qu’à peine distant de 1 km de Flavin, il est situé sur la commune de Ste Radegonde . Hyars, et la majeure partie des terres qui en dépendent aujourd’hui, relevaient de l’évêque, seigneur de Ste Radegonde, et formaient une communauté dans les terres du Comte. A la création des communes le découpage resta le même.